Modèle de lettre pour le propriétaire

[Date]

À [nom du propriétaire],

Comme vous le savez sans doute, la pandémie de COVID-19 cause des difficultés financières sans précédent aux travailleurs et aux familles du Canada. Au cours des dernières semaines, des annonces ont été faites par les gouvernements fédéral et provincial pour soutenir les employeurs et les travailleurs en ces temps difficiles. Bien qu'il s'agisse de mesures importantes, malheureusement, aucune de ces mesures ne mettra de l'argent entre à la disposition des Canadiens d'ici le 1e avril, c'est-à-dire à l'échéance du loyer.

La plupart des Canadiens comptent sur l'assurance-emploi ou sur la Prestation canadienne d'urgence (PCU) récemment annoncée. Cependant, l'AE couvre un maigre 55% pour la perte de revenu (avec un maximum de 573 $ / semaine) et une grande partie de la population active n'y est pas admissible. À présent, plus d'un million de personnes ont demandé des prestations d'assurance-emploi à la suite de licenciements massifs et des heures de travail réduites. En ce qui concerne le PCU, la prestation ne sera disponible que dans le courant du mois d'avril (on ne sait pas exactement quand) et l'argent ne viendra qu'après 10 jours d'application. Étant donné l'énorme proportion de travailleurs touchés par la situation, nous ne savons pas avec quelle efficacité les nouveaux avantages sociaux seront distribuées.

En l'absence de mesures de soutien du revenu plus solides, je le regret de vous informer que je ne suis pas en mesure d'effectuer mon loyer pour avril. L'argent que je paierais normalement pour mon loyer doit maintenant être utilisé pour l'épicerie, les médicaments, d'autres nécessités et économisé pour les urgences. Un récent rapport publié par le Centre canadien de politiques alternatives montre que la moitié des locataires au Canada ont moins d'un mois d'économies, donc je sais que je ne suis pas seul.

Bien que je comprends les difficultés qui peuvent découler de ma décision, je vous demande de diriger vos frustrations envers nos élus. À ce jour, le gouvernement a accordé la priorité aux besoins des propriétaires fonciers en appelant les banques à fournir des congé de versements hypothécaires, des accords de paiement flexibles et un délai de grâce de 60 jours pour les taxes foncières et les factures de services publics. En revanche, ils n'ont apporté aucun soutien direct aux locataires. Depuis des années, je lutte avec la crise de l'accessibilité financière qui affecte les locataires à travers le pays. Cette crise est maintenant aggravée par COVID-19. J'espère que le gouvernement reconnaîtra bientôt la gravité de la situation et adoptera des politiques qui nous soulageront tous suffisamment. Jusqu'à ce que ces mesures significatives soient prises, je n'ai pas d'autre choix que d'utiliser mon argent pour répondre à mes autres besoins fondamentaux.

Cordialement,

[Nom du locataire]