Le Droit: «Rénovictions» à Ottawa: une manifestation se transforme en célébration

Posted November 4, 2021

Une petite manifestation de solidarité avec des locataires qui résident aux 249 et 253 des Pères-Blancs à Ottawa, menacés de rénoviction, s'est transformée, mercredi, en célébration alors les principaux intéressés ont appris, quelques minutes avant l'événement, qu'ils pouvaient demeurer dans leur logement.

«C'est une grande victoire aujourd'hui. C'est la preuve que l'action fait la différence et que l'union fait la force!», a lancé le député d'Ottawa-Centre, Joel Harden, qui espère que cette situation inspirera d'autres locataires à se défendre lors de contextes similaires. 

Scénario classique de rénoviction

L'histoire du 249 et 253 rue des Pères-Blancs commence en mars dernier alors que de nouveaux investisseurs, OPG Holding Inc., se sont portés acquéreurs de ces deux blocs de six logements. «Les propriétaires sont venus avec des avis d'éviction avant même qu'ils ne possèdent l'immeuble. Bien que ces avis étaient sans valeur légale, plusieurs locataires, en particulier les jeunes, sont partis», raconte Dustin Munro, un locataire de 53 ans qui se réjouit de pouvoir conserver son domicile, mais qui déplore la situation. «La plupart des gens ne connaissent pas leurs droits, a-t-il poursuivi en entrevue avec Le Droit. Les jeunes signent ce qu'on leur demande sans se poser de questions». 

Une première manifestation a été organisée en mars avec l'aide des membres de l'organisme de défense des intérêts des personnes à faible revenu ACORN contre la tentative de rénoviction de l'entreprise. Les locataires des deux blocs déboursent entre 600$ et 800$ mensuellement pour leur loyer, un prix quasi impossible à trouver actuellement dans la capitale nationale selon l'organisation. 

Revendications pour le logement 

Après avoir célébré la décision des propriétaires de laisser les locataires conserver leur logement, les membres d'ACORN en ont profité pour partager quelques-unes de leurs revendications concernant des citoyens comme M. Munro. «Nous voulons qu'Ottawa adopte une politique loyer-pour-loyer afin que les propriétaires qui procèdent à une rénoviction assurent une assistance aux locataires pour qu'ils se trouvent un nouveau logement aussi spacieux et au même prix. Dans le cas où le nouveau loyer est plus cher, les propriétaires devraient être tenus d'absorber l'augmentation», demande Stephanie Graham, secrétaire dans le secteur Vanier pour ACORN. 

Pour sa part, Joel Harden affirme travailler actuellement sur un projet de loi qui rendrait obligatoire qu'un nouveau locataire paye le même montant que le locataire précédent. Cette loi permettrait, selon lui, une stabilisation des prix sur le marché immobilier.

 

***

Article by Simon Lefranc for Le Droit

 

Sign up for ACORN's newsletter